Repères historiques

Vème siècle

Les Arabes s’installent sur la côte Sud Est de Madagascar, dans la région de l’Anosy.

1500

Les navigateurs portugais découvrent les îles Mascareignes, Diogo Diaz donne le nom de Sao Lourenço (Saint-Laurent) à la future Madagascar. Pedro de Mascarenhas donne le nom de Santa Apolonia à une île vierge, la future île Bourbon, La Réunion.

1527

Installation des Portugais dans la Région de l’Anosy.

1613

Les Portugais embarquent le fils du Roi de l’Anosy, Dian Ramaka, âgé de 12 ans, pour Goa. Trois ans plus tard, ils le ramènent à Madagascar, converti à la foi catholique et baptisé Dom André de Sousa. Les Antanosy (habitants de l’Anosy) décident alors d’attaquer les Portugais, qui abandonnent définitivement l’île.

1642

Jacques de Pronis, mandaté par la Compagnie d’Orient, crée à Madagascar le comptoir de Fort-Dauphin, en l'honneur du futur Louis XIV. Saint Vincent de Paul, «Monsieur Vincent», y envoie des missionnaires Lazaristes. L’esclavage et la traite sont officiellement interdits, Les mariages franco-malgaches sont encouragés. Pronis épouse une fille de roi Antanosy dont il a un enfant.

1648

Etienne de Flacourt est nommé gouverneur de Fort-Dauphin, à la place de Pronis, désavoué par ses hommes et rappelé en France.

 

Dix ans plus tard, Flacourt publie l’Histoire de la Grande Isle, première encyclopédie sur Madagascar.

1663

Dix Malgaches et deux Français quittent Fort-Dauphin pour mettre en valeur l’île Bourbon, alors inhabitée, c’est l’histoire que raconte l’opéra « Maraina »

1674

Les Malgaches, exaspérés par les razzias sur les zébus et le riz, massacrent les Français. Quelques rescapés s'enfuient vers l’île Bourbon. A Bourbon, parution du premier texte législatif interdisant les mariages interraciaux. La ségrégation raciale s’y installe.

1793

L'île Bourbon devient La Réunion, en souvenir de l'union des Marseillais et des gardes nationaux pour l'assaut des Tuileries le 10 août 1792.

1896

Annexion de Madagascar dans l’Empire colonial français.

1946

Départementalisation : La Réunion, séparée de l’Empire colonial, devient département français d’Outre Mer.

1947

Insurrection à Madagascar contre l’autorité coloniale, violemment réprimée par l'armée française.

1960

Proclamation d’indépendance de Madagascar.

2009

Création du port d’Ehoala à Fort-Dauphin dans le cadre du projet Ilménite de Rio Tinto.

Actualités

ACTUELLEMENT AU CINEMA EN FRANCE

Retrouvez ici la liste des projections et des rencontres autour du film

LATERIT
9 rue de Terre-Neuve  -  75020 Paris
distribution@laterit.fr
Téléphone : +33 143 727472

 www.laterit.fr

www.boutique.laterit.fr

AVIS DE SPECTATEURS

 

"C'est un film intime. qui nous appartient ! C'est comme si je l'avais fait !"

 

Jean Andrianaivo RAVELONA

 ***

 

"Film Docu à aller voir de toute urgence ! Magnifique, émouvant. Arnaud Dormeuil, Géant par sa présence et par son talent."

 

ANNA P.

 

***

 

"Une expérience exceptionnelle et un ravissement pour les yeux, les oreilles et l'esprit! Plus qu'un making off de l'opéra Maraina, l'Opéra du bout du monde est une histoire dans l'Histoire, une aventure romanesque d'une troupe qui explore la destinée de nos ancêtres dans cette région du Sud - le bout du bout du monde - restée aujourd'hui encore énigmatique, et une oeuvre qui pose de véritables questions sur le développement de Madagascar, ses richesses et son avenir et sur nos inter-relations avec les peuples au delà de nos mers. A voir absolument !" DESIRE RAZAFINDRAZAKA

 

***

 

"Un road movie qui nous emporte et nous enchante. Une nouvelle merveille de Marie-Clémence et César Paes, qui nous en apprend plus sur l'histoire de La Réunion, à travers la musique. A voir absolument, pour les curieux et les voyageurs !" LENA K.

 

***

 
beauté de la nature, beauté de l'homme dans la nature, dans l'immensité de la mer

l'histoire et la culture créateurs de lien social, permettant aux hommes de mieux vivre et de vivre en paix, en se réappropriant de façon apaisée leur passé
plaisir de la musique et du partage
un moment de bonheur que l'on voudrait prolonger

on ne sort pas d'un tel film saturé d'images, sonné par le bruit mais ouvert à de nouvelles expériences, prêt pour de nouvelles rencontres

un film qui fait du bien

que l'on pourrait comparer à buena vista social club mais plus profond, plus poétique, moins commercial

 

GILLES B